Champignon lignivore dans une maison : comment le reconnaître et le traiter ?

La mérule est un champignon lignivore particulièrement dévastateur. Ce parasite du bois représente notamment un danger dans les habitations en altérant la solidité des poutres des charpentes, ainsi que du bois d’œuvre. Sans compter ses effets néfastes sur la santé des occupants… Découvrez dans notre guide complet tout ce que vous devez savoir sur la mérule afin de bien l’identifier pour la traiter efficacement.

mérule-champignon-lignivore-parquet
Mérule qui a envahit le plancher et les plinthes

Les causes de l’apparition de mérule

Parmi les champignons lignivores, la mérule est de loin le plus dangereux. Cette espèce occasionne en effet de nombreux dégâts. Elle se retrouve sous différents noms, tels que la mérule pleureuse ou le champignon des maisons.

La mérule peut se développer rapidement en présence de certains éléments : 

  • Taux d’humidité excessif (cause principale) : à partir de 22% d’humidité, le contexte est propice à l’apparition du champignon. Au-dessus de 40%, la prolifération s’accélère. Un hygromètre est utile dans ce cas pour mesurer et contrôler le taux d’humidité
  • Température entre 20 et 26°C : sachez cependant que la mérule ne supporte pas les grandes chaleurs
  • Espaces confinés et mal aérés
  • Obscurité

Il est fréquent de voir apparaître la mérule à la suite d’un dégât des eaux, d’un débordement des eaux souterraines, de suintements… Les problèmes d’infiltrations doivent donc être rapidement solutionnés en engageant des travaux de rénovation. La mérule s’attaque aussi aux charpentes. Dans le cas de combles non aménagés, il convient d’inspecter les poutres pour vérifier l’absence de mycélium ou de traces d’humidité.

Les conséquences de la présence de mérule

La mérule est un champignon se nourrissant de la cellulose du bois, pour être plus précis de la lignine, d’où son nom de champignon lignivore. À partir du moment où il fait son apparition, il va gagner de façon progressive l’ensemble des éléments en bois du bâtiment, en particulier ceux en bois secs résineux :

  • Charpente
  • Planchers
  • Plinthes
  • Boiseries
  • Etc.

La mérule se développe en s’immisçant dans les murs (au niveau des joints) ou grâce à la propagation des spores. Elle va ainsi fragiliser toutes les structures en bois et détruire leurs propriétés mécaniques, en raison de la pourriture cubique. Cette pourriture brune possède des formes reprenant l’apparence de cubes. Ces derniers naissent par l’extraction de l’eau contenue dans le bois. Au fur et à mesure du processus de dessèchement, une fracture apparait au travers et au cœur du bois. La pourriture cubique attaque la cellulose du bois, mais pas la lignine, de couleur brune. C’est pour cela que le bois abîmé garde cet aspect foncé.

mérule-chamoignon-lignivore-conséquences
Les conséquences de la mérule

Une fois contaminé, le bois perd sa résistance. Il devient alors fragile et friable, ce qui peut aboutir à son effritement complet :

  • Poutres : elles perdent leur force de portée
  • Structures en bois : elles deviennent instables
  • Escaliers et sols en bois : ils peuvent céder lors du passage

La structure entière du bâtiment perd donc en fiabilité et devient dangereuse. Les cas d’infestation les plus graves conduisent à l’insalubrité du logement.

Note
Par ailleurs, la mérule est néfaste pour la santé des occupants en provoquant des infections au niveau des voies respiratoires : allergies, asthme, bronchites, sinusites…

Comment reconnaître la mérule ? 

La mérule est parfois confondue avec d’autres champignons à pourriture brune, tels que le Poria ou le Coniophore. Sachez que vous pouvez l’identifier grâce à plusieurs éléments : 

  • Forme circulaire ou elliptique, avec parfois jusqu’à un mètre de diamètre
  • Couleur brune avec des contours blancs
  • Spores du champignon ressemblant à de la poudre ou de poussière de couleur rouille
  • Filaments blancs sur la surface du bois : ces mycoses vont apporter l’humidité contenue dans le bois vers le champignon

Note
La mérule attaque souvent la charpente avant de se propager aux murs, cloisons, planchers, escaliers et plinthes. Elle peut également faire le chemin inverse en partant d’une cave ou d’un sous-sol.

La mérule peut végéter pendant plusieurs mois ou même des années avant de se réveiller quand les conditions sont propices. Afin de déceler le plus tôt possible la présence de mérule, retenez ces quelques signes avant-coureurs :

  • Déformation du bois avec une couleur brunâtre :
    • Spores orangées sur le sol ou le mobilier
    • Plancher déformé avec des marques brunes
    • Plinthes en bois boursouflées
    • Charpente ou solives de plancher avec des traces de pourriture cubique
  • Présence de flocons blancs (comme du coton) sur la surface du bois ou les parpaings/pierres dans un sous-sol ou une cave 
  • Odeur de champignon (caractéristique d’un sous-bois) sur le bois
  • Auréoles jaunâtres ou plus foncées sur un plafond en plâtre
  • Cloison avec des traces ou des boursouflements au niveau du revêtement
mérule-champignon-lignivore-vue-proche
Champignons lignivores vus de plus près

Le traitement contre la mérule 

Seul un spécialiste CTBA (Centre Technique du Bois et de l’Ameublement) peut mettre en place un traitement chimique fongicide adapté à la mérule pour l’éradiquer. Pour obtenir un résultat durable, un diagnostic doit être établi en amont : 

  • Vérification du taux d’humidité (hygrométrie) à plusieurs endroits du bâtiment
  • Recherche de traces d’infiltration ou fuites d’eau au niveau des murs et de la toiture
  • Recherche de salpêtre et de remontées capillaires 

Une méthodologie précise doit ensuite être respectée : 

  1. Suppression des sources d’humidité :
    • Infiltrations d’eau accidentelles : toiture endommagée, fuite sur une gouttière, problème de plomberie…
    • Infiltrations directes : joints abîmés, fissures sur la façade…
    • Remontées capillaires
    • Excès d’humidité à cause de la condensation : problème de ventilation ou d’isolation 
  1. Asséchement du bâtiment pour retrouver un niveau de ventilation naturelle adéquat : installation d’un système de ventilation de type VMC et/ou d’appareils de déshumidification
  1. Préparatifs avant traitement :
    • Sur les maçonneries :
      • Dépose des revêtements
      • Piquage des enduits
      • Curage des enduits et des joints
      • Démolition des cloisons contaminées
      • Passage à la flamme
      • Forage de puits d’injection dans les murs
    • Sur les bois :
      • Sondage et buchage : suppression des parties abîmées pour que le fongicide pénètre mieux au cœur du bois 
      • Dépoussiérage et brossage 
      • Forage de puits d’injection
      • Décision sur une réfection partielle ou complète des éléments de bois restants
  1. Traitement curatif :
    • Sur les sols : application d’un produit biocide sur l’ensemble de la zone
    • Sur les maçonneries : injection d’un produit biocide tous les 40cm sur les surfaces (20cm pour les arrêtes des murs)
    • Sur le bois conservé : injection de produit biocide tous les 30cm en quinconce, sans oublier les encastrements. Pulvérisation de surface au niveau des bois apparents dans un rayon d’un mètre autour de la zone contaminée
  1. Nettoyage et évacuation du chantier

Ne tentez rien par vous-même ! En effet, les spores de la mérule se répandent facilement en cas de mauvaise manipulation. Elles peuvent alors se nicher ailleurs pour provoquer de nouveaux dégâts. Vous pouvez par contre : 

  • Déplacer les meubles et les objets qui sont présents dans la pièce contaminée en faisant attention à ne surtout pas les installer près des murs
  • Dégager au maximum les murs attaqués ou l’endroit contaminé
mérule-champignon-lignivore-bord
Le bord d’une mérule

Prix pour un traitement contre la mérule

Entre un traitement préventif et curatif, le coût varie énormément. Il est très difficile d’établir un chiffrage car chaque situation est spécifique selon la surface à traiter et l’avancée de la contamination. À titre informatif, les prix moyens pratiqués sur le marché pour traiter la mérule sont les suivants : 

  • Diagnostic préalable : de 200€ à 400€
  • Traitement préventif : de 1,50€ à 2,50€/m² (hors main d’œuvre)
  • Traitement curatif localisé : de 3.000€ à 5.000€
  • Traitement d’une  pièce complète : de 6.000€ à 10.000€
  • Traitement d’une charpente entière : de 15.000€ à plus de 50.000€

Prix moyen pour traiter la mérule d'une charpente entière

Entre 15000€ et 50000€

Nos conseils pour éviter l’apparition de mérule

À titre préventif, nous vous recommandons de contrôler les points suivants pour vous prémunir de l’apparition de mérule :

  • Bonne ventilation de toutes les pièces de la maison, surtout celles exposées à l’humidité et la condensation : salle de bains, sous-sol, cave… À défaut, l’installation d’une VMC (ventilation mécanique contrôlée) est à prévoir
  • Utilisation de peintures spéciales pièces humides pour les pièces d’eau et la cuisine
  • Vérification de l’absence d’infiltrations dans les murs, fuites d’eau ou remontées capillaires
  • Absence de stockage de bois dans un espace humide comme une cave
  • Vérification auprès du voisinage qu’aucune maison n’est contaminée, la mérule étant contagieuse et se propageant rapidement entre les bâtiments proches

En résumé

Dès les premiers signes d’apparition de la mérule, il convient de contacter un professionnel pour réaliser un diagnostic. Ne tardez pas trop, les dégâts causés pouvant être considérables et relativement onéreux. Faites une demande de devis gratuit sur notre site et recevez plusieurs chiffrages sans engagement. Cela vous permettra de comparer les prix sur votre secteur et de faire appel à un spécialiste du traitement des champignons lignivores.

Trouver un pro Devis gratuit dans votre ville