Chéneau ou gouttière ? Quelle est la différence entre les deux ?

Quelle est la différence entre un chéneau et une gouttière ? Comment bien les reconnaître et où les installer ? Nous faisons le point, dans ce guide, sur les spécificités de ces éléments indispensables de votre toiture. Pour ne plus les confondre, découvrez les types de chéneaux et de gouttières présents sur le marché, ainsi que leurs caractéristiques et leurs prix respectifs.

gouttière-blanche
Gouttière blanche

Chéneau et gouttière, voici ce qui les rassemble

Avant de s’intéresser aux différences entre les gouttières et les chéneaux, voyons ci-dessous ce qu’ils ont en commun. Si l’on sait généralement à quoi ressemblent les premières, les seconds sont moins connus.

Petites définitions

Une gouttière, comme son nom l’indique, est l’endroit via lequel l’eau s’écoule en gouttes. C’est grâce à elle que la pluie se déverse du toit quand il pleut. Elle prend souvent la forme d’un canal en demi-cylindre, ouvert sur le dessus et suspendu à des crochets. En France, vous les apercevrez très vite si vous promenez votre regard sur les maisons aux alentours.

Un chéneau est également un conduit destiné à collecter les eaux pour qu’elles se déversent ensuite via les tuyaux de descente ou les dégorgeoirs, selon le type d’habitation. On retiendra d’emblée qu’il sert le même usage que la gouttière. Cependant, contrairement au chéneau, cette dernière est visible sans que nous ayons à monter sur le toit.

Les éléments du système d’évacuation de l’eau

Sans gouttières, chéneaux, siphons, filtres, tuyaux…, les eaux de pluie ne pourraient pas s’échapper. Tous constituent les éléments indispensables d’une toiture en bon état. Ils comportent des orifices pour évacuer plus rapidement les pluies ou les fontes de neige en cas de tempêtes.

Gouttière-noire
Gouttière noire

Chéneau ou gouttière ? Les critères pour faire la différence

Quelles sont les différences entre les chéneaux et les gouttières ? Dans quelles mesures les deux appellations sont-elles confondues dans le langage courant ? Voici quelques éléments de réponse !

Indice majeur : regardez l’emplacement !

Vous l’aurez compris, la principale différence entre la gouttière et le chéneau réside dans l’emplacement de chacun sur le toit. La première est suspendue à l’extrémité de la pente de la toiture. Le chéneau, quant à lui, est maçonné et intégré au corps du toit. Il est soutenu par du ciment, de la pierre, du bois… ou tout autre matériau de construction. On peut le voir si on monte sur le toit avec une échelle.

Remarque : la gouttière est plus fragile que le chéneau, qui peut supporter le poids d’un homme.

Le chéneau, l’ancêtre de la gouttière ?

Dans l’architecture classique, les bâtiments affichaient des chéneaux. C’est encore le cas de nombreux monuments, pour d’évidentes raisons esthétiques. De plus en plus, sur les constructions modernes, on privilégie l’installation de gouttières par rapport aux chéneaux. Plusieurs raisons justifient cette transition de l’un à l’autre :

  • la pose d’une gouttière est plus facile, car elle ne nécessite pas un agencement particulier sur la toiture
  • l’entretien est plus aisé, car la gouttière est souvent plus basse que le chéneau. Vous pouvez retirer les feuilles coincées en moins de temps
  • il est facile de repérer si une gouttière est percée, ou cassée. En revanche, il faut monter sur le toit pour examiner l’état des chéneaux.

Où les trouve-t-on ?

gouttière-déboîtée
Gouttière déboîtée

Aujourd’hui, les chéneaux se trouvent majoritairement sur :

  • les bâtiments anciens, comme les corps de ferme et les longères
  • les maisons récentes arborant une architecture plus complexe et une toiture à 4 pans
  • les bâtiments industriels dont la toiture est très longue
  • de façon globale, les bâtiments collectifs plus qu’individuels

En revanche, la majorité des maisons de ville et des pavillons arborent désormais des gouttières.

Attention
Si vous discutez avec un professionnel zingueur, il est possible qu’il utilise le terme de « chéneau », plus technique, pour parler d’une gouttière. En revanche, on a tendance, dans le langage commun, à privilégier le mot « gouttière » pour parler de tous les tuyaux d’évacuation sur la toiture. En fait, les deux termes sont souvent utilisés indistinctement pour désigner le système d’évacuation des eaux de pluie sur le toit.

Les gouttières et les chéneaux se complètent

Sur les toitures à pans multiples, il est tout à fait possible de trouver à la fois des chéneaux et des gouttières. Si vous habitez dans une région de montagne ou à fortes précipitations, cette question n’est pas à négliger au moment de concevoir les plans de votre maison. Pensez à contacter un artisan professionnel pour solliciter des conseils et demander votre devis.

Les différents types de chéneaux et de gouttières

gouttière-feuilles
Gouttière remplie de feuilles

Pour vous aider à bien les différencier, découvrez les principaux types de chéneaux et de gouttières actuellement sur le marché. Ceux-ci peuvent être de formes et de tailles diverses, avec chacun leurs avantages et leurs singularités. Nous vous les présentons dans les tableaux ci-dessous

Deux types de chéneaux

Type
Caractéristiques
Chéneau à l’anglaise
Il se trouve sur les contours de la toiture et est construit dans un encaissement, souvent en béton, parfois en bois.
Chéneau sur versant ou sur deux versants
Ce chéneau, situé entre deux pentes du toit, est particulièrement prisé dans le cas de constructions complexes.

Deux types de gouttières

Type
Caractéristiques
Avantages
Gouttière pendante
Le plus souvent en demi-cercle, elle est fixée avec des crochets sous le versant de la toiture. C’est aujourd’hui le type le plus courant.
Plus économique, avec de grandes capacités d’évacuation.
Gouttière rampante
Elle est également fixée avec des crochets, cette fois sur l’extrémité de la toiture.
Elle est moins visible, et donc privilégiée pour des raisons esthétiques.
A noter
Pour ces deux déclinaisons de gouttières, les formes et les matériaux de construction sont divers. Ils peuvent être cylindriques, carrés…

Les tarifs des chéneaux et des gouttières

Quelles sont les différences de prix entre les gouttières et les chéneaux ? Retrouvez quelques montants indicatifs dans le tableau suivant. Dans tous les cas, les facteurs influant sur ces tarifs sont nombreux.

Système d’évacuation des eaux pluviales
Matériau
Prix au mètre linéaire
Prix de la pose
Chéneau
Polyester
Environ 20€
Outre le type de matériau, il faut prendre en compte la difficulté d’accès à la toiture, la hauteur, la pente, la surface du toit, la région… Rajoutez au moins 40€ par mètre carré pour la pose. Ce montant peut aller jusqu’à 100€.

PVC
Environ 30€

Galvanisé Environ 30€

Cuivre Peut aller jusqu’à 100€

Zinc Entre 30€ et 50€ au minimum
Gouttière
PVC
À partir de 10€
La pose des gouttières en cuivre ou en aluminium est la plus onéreuse, car elle nécessite des opérations de soudure. Pour les autres matériaux, il faut rajouter le prix des crochets. Dans tous les cas, rajoutez au minimum 40€ pour le prix de la pose.

Aluminium Environ 10-15€

Acier Environ 20€

Cuivre Peut aller jusqu’à 50€

Total Entre 50€ et 100€ environ dans le cas d’une gouttière, à partir de 60-70€ dans le cas d’un chéneau, pose et fournitures comprises. Ces montants sont variables selon les types d’installation. Pour une estimation précise, demandez votre devis à un professionnel de votre région.

Quels prix pour un chéneau ou une gouttière

Entre 20 et 100 €
gouttière-sous-toit-gris
Gouttière sous toit gris

Conclusion

Pour faire la différence entre un chéneau et une gouttière, surveillez leur emplacement ! La seconde, la plus classique désormais, est souvent accrochée à des crochets, à l’extrémité de la toiture. Le premier n’est pas visible, car il est intégré à la structure du toit. Dans les deux cas, leur fonction est essentielle dans le système d’évacuation des eaux de pluie. Les chéneaux sont souvent plus chers que les gouttières, mais les facteurs influençant les prix sont nombreux.

Trouver un pro Devis gratuit dans votre ville