Prix d’un aménagement grenier : notre expert répond

Les combles inutilisés jusqu’à présent offrent une bonne possibilité de gagner de l’espace habitable supplémentaire. L’expert en contrôle des coûts explique en détail dans l’interview quels sont les coûts que vous devez prévoir pour cela et quand cela peut devenir plus cher.

De quels facteurs dépendent les coûts de l’aménagement intérieur en général ?

Tout d’abord, bien sûr, de la situation qui prévaut sur place :

  • l’état et le type de toit
  • si une isolation est déjà présente ou non
  • quelles mesures seront nécessaires pour l’aménagement intérieur
  • quel état d’équipement doit être atteint au final

Ce sont essentiellement ces facteurs qui déterminent au final le coût d’un aménagement de combles. Selon la situation et les souhaits, les coûts du projet d’aménagement peuvent varier considérablement.

Quand vaut-il la peine d’aménager les combles et à quoi faut-il faire attention ?

En principe, c’est toujours une bonne possibilité de rendre l’espace sous la surface du toit encore utilisable dans le cas d’un toit en pente. Une extension de la même taille serait dans la plupart des cas encore plus coûteuse, et l’aménagement du grenier est souvent problématique. L’aménagement des combles est une solution idéale pour les toits en pente.

Le mieux est bien sûr de prévoir l’aménagement des combles dès la construction, c’est là que les coûts sont comparativement les plus bas. Si l’on prévoit et équipe les combles en tant qu’espace habitable, le coût du mètre carré de surface habitable est également moins élevé de 15 à 20 % au total.

Si l’on souhaite aménager ultérieurement son grenier, il faut tout d’abord examiner de plus près la situation sur place. Les pentes de toit de plus de 35° sont optimales pour un aménagement, car elles ne font perdre que peu de surface, en particulier pour les toits à deux pans et les toits en croupe. En revanche, les toits en croupe purs prennent souvent de la place en raison des murs pignons inclinés et entraînent souvent des coûts nettement plus élevés lors de l’aménagement.

Les toits très plats avec une faible hauteur d’étage posent toujours un problème dans ce cas, il est certes possible de procéder à un rehaussement de la hauteur d’étage, mais il faut alors compter avec des coûts énormes. Sinon, il ne reste souvent que peu de surface dans les combles que l’on pourra utiliser plus tard.

Une isolation du toit est-elle toujours nécessaire ? Quels sont les coûts ?

Si le grenier doit être utilisé comme espace habitable, il doit être bien isolé. Si le toit est utilisé comme pièce d’habitation, les valeurs maximales de transmission thermique exigées par l’ADEME doivent être atteintes.

Pour les toits déjà isolés, il peut suffire de poser une isolation intérieure supplémentaire (isolation entre chevrons). Mais dans de nombreux cas, une isolation complète du toit sera nécessaire dans les bâtiments anciens.

Demandez un devis près de chez vous et choisissez nos meilleurs artisans


    Comme l’isolation sur toiture nécessite le démontage complet de la couverture et le remplacement du lattage, il est préférable de faire refaire la toiture plutôt que de réutiliser l’ancienne couverture.

    Dans ce cas, il faut compter entre 150 EUR par m² et 250 EUR par m² de toiture. En contrepartie, vous aurez un toit entièrement neuf qui durera certainement au moins 30 à 40 ans.

    Si vous souhaitez faire réaliser une isolation entre les chevrons et une isolation sous les chevrons (aujourd’hui, l’isolation entre les chevrons ne suffit généralement plus à elle seule pour atteindre les valeurs d’isolation requises), vous devez compter environ 30 EUR à 60 EUR pour l’isolation sous les chevrons et environ 50 EUR à 80 EUR pour l’isolation entre les chevrons.

    Vous pouvez souvent réaliser ces travaux vous-même, ce qui vous permet d’économiser les frais d’un artisan et de n’avoir à payer que le matériau d’isolation.

    Les surfaces isolées sont ensuite revêtues de plaques de plâtre. En ce qui concerne les coûts des matériaux pour le revêtement, il faut compter entre 10 et 15 euros par m². Si vous confiez l’ensemble du revêtement à une entreprise spécialisée, vous devrez compter dans la plupart des cas entre 50 EUR par m² et 80 EUR par m² pour le revêtement fini, y compris le masticage.

    A quoi faut-il faire attention lors de l’aménagement des combles et quels sont les travaux qui peuvent être effectués lors de l’aménagement en général ?

    La condition préalable est bien sûr que les combles se prêtent effectivement à un aménagement. Les toits trop plats posent en principe des problèmes d’aménagement, car une grande partie de la surface ne dispose que de peu de hauteur sous plafond. Les toits dont la pente est comprise entre 35° et 50° sont optimaux dans ces maisons, on peut souvent aménager un étage supplémentaire dans les combles sans perdre beaucoup de place.

    L’idéal est d’aménager les combles dès la construction de la maison, ou du moins de les préparer en profondeur. De cette manière, le mètre carré de surface habitable coûte souvent jusqu’à 20 % de moins que si les combles n’étaient pas aménagés.

    Mais bien souvent, les combles ne sont qu’une surface de stockage non chauffée pour les transformer en espace habitable, il faut effectuer de nombreux travaux. On peut les résumer de la manière suivante :

    • lumière/air
    • isolation thermique
    • murs
    • sol
    • plafond
    • installations
    • aménagement

    Cela signifie en détail

    • le toit doit être isolé
    • il faut installer suffisamment de fenêtres de toit et de lucarnes
    • à l’intérieur, une isolation entre chevrons doit être réalisée, puis un revêtement des murs est posé
    • le sol doit être aménagé (chape, revêtement de sol)
    • si vous le souhaitez, un faux plafond peut être installé
    • toutes les conduites et tous les raccordements nécessaires doivent être prolongés dans les combles (chauffage, électricité, si nécessaire également les conduites d’eau et d’évacuation des eaux usées et les raccordements)
    • les espaces intérieurs doivent être aménagés (plâtrage, peinture et tapisserie)
    A savoir
    Tout cela peut entraîner des coûts considérables. Il est important de planifier précisément les coûts au préalable et de calculer les besoins financiers. Si l’on ne se fixe pas de budget, on finit souvent par payer bien plus que ce que l’on avait prévu. Les spécialistes de la construction et les couvreurs professionnels peuvent également aider à planifier.

    Les coûts de l’isolation du toit sont considérables

    Lors d’un aménagement ultérieur, l’isolation nécessaire du toit engloutit souvent une grande partie des coûts, si elle n’est pas encore disponible. Il est souvent préférable de faire poser une isolation complète sur le toit et de procéder en même temps à une rénovation du toit de cette manière, on n’a plus à craindre de frais d’entretien du toit pendant au moins les 30 à 40 prochaines années. Pour les toits déjà anciens, il est souvent intéressant de faire réaliser l’isolation et la nouvelle couverture en même temps. Les coûts sont bien sûr un peu plus élevés il faut investir plus d’argent, mais cela permet de faire des économies plus tard.

    Combien peut coûter un tel aménagement complet du grenier ?

    Il est bien sûr difficile de le dire de manière générale, cela dépend aussi beaucoup de la situation sur place et de la qualité de l’équipement que l’on souhaite.

    Si l’on veut transformer complètement un débarras sous les toits, jusqu’ici non chauffé, en une surface habitable, on peut s’en tenir très grossièrement aux coûts d’un aménagement intérieur complet (car c’est bien de cela qu’il s’agit en principe), qui sont généralement estimés à un minimum de 400 € par m² à 500 € par m².

    Contrairement à l’aménagement intérieur classique, il faut ajouter à cela les coûts de l’isolation pour l’ensemble de la pièce, les coûts de la chape et les coûts des fenêtres de toit, de sorte qu’au final, il est plus réaliste de tabler sur 800 € par m² à 1.000 € par m².

    Ces coûts diminuent toutefois si une partie de l’équipement nécessaire est déjà disponible. Mais ils peuvent encore augmenter sensiblement si, par exemple, une surélévation des genoux est prévue. Il faut donc toujours considérer le cas particulier, les généralités ne sont pas très parlantes.

    Si des dommages supplémentaires doivent être réparés, les coûts augmentent considérablement. Dans une ancienne construction avec un toit à deux versants (pente de toit de 45°) et un toit non isolé vieux de 25 ans, les combles doivent être entièrement aménagés et transformés en espace habitable. La charpente a déjà subi quelques petits dommages, qui ne sont toutefois pas graves. Dans le cadre de l’aménagement, il est prévu non seulement d’isoler le toit déjà ancien (isolation sur le toit), mais aussi de remplacer la couverture et de réparer les dommages de la charpente.

    PostePrix
    Isolation du toit, rénovation de la couverture avec des tuiles en béton, élimination des défauts de la charpente du toit26 000 EUR
    5 fenêtres de toit avec installation3 250 EUR
    Aménagement intérieur complet22 500 EUR
    Coût total51 750 EUR

    Il s’agit bien sûr d’un exemple de coût unique, qui ne s’applique qu’à un cas très précis et à des conditions locales particulières. Selon la situation sur place et le niveau d’équipement souhaité, les coûts de l’aménagement des combles peuvent varier considérablement dans d’autres cas.

    Note
    Notre exemple illustre toutefois très bien les coûts élevés d’une isolation et d’une rénovation du toit. Même si l’aménagement des combles n’est prévu qu’ultérieurement, il vaut donc la peine de miser sur un aménagement adéquat du toit dès la construction neuve et de veiller au moins à une isolation suffisante du toit et aux principaux raccordements au niveau du toit. Cela ne coûte généralement que peu plus cher dans le cas d’une nouvelle construction, mais facilite considérablement les travaux d’aménagement ultérieurs et permet de réduire considérablement les coûts.

    De quoi dépendent les coûts d’un aménagement d’un grenier en général ?

    Bien entendu, de nombreux points de coûts différents entrent en ligne de compte.

    Tout d’abord, les coûts dépendent des facteurs suivants :

    • selon le type de toit et l’état du toit
    • si une isolation est déjà présente ou si elle doit d’abord être réalisée
    • les mesures à prendre lors de l’aménagement intérieur (par exemple, une salle de bains supplémentaire et donc une installation sanitaire complète)
    • quelle qualité d’équipement doit être atteinte au final

    Lors de l’aménagement, toute une série de travaux sont nécessaires à cet effet, qui ont bien sûr tous un coût. Il s’agit tout d’abord :

    • le coût de l’isolation du toit
    • les coûts d’un éventuel rehaussement du niveau des genoux
    • les coûts des mesures de rénovation éventuellement nécessaires sur le toit (réparation de la charpente, remplacement de la couverture, travaux de rénovation sur les murs pignons, etc.)
    • le coût des fenêtres de toit et de leur installation

    A cela s’ajoutent ensuite les coûts des mesures d’aménagement intérieur :

    • les coûts des mesures d’isolation du côté intérieur (isolation entre chevrons)
    • les frais de revêtement des murs
    • les frais d’installation d’une chape et, si vous le souhaitez, d’un chauffage au sol
    • les frais de décoration murale (crépissage, peinture / tapisserie)
    • les frais d’installation d’un éventuel plafond suspendu (si vous le souhaitez)
    • le coût du revêtement de sol
    • les frais d’installation des câbles électriques dans les combles
    • les frais d’extension du chauffage au grenier
    • la pose de conduites d’eau et d’évacuation dans les combles (si nécessaire)

    Les coûts de l’aménagement intérieur sont considérables

    Ces travaux peuvent bien sûr entraîner des coûts très différents en fonction des souhaits d’aménagement et certains peuvent souvent être supprimés parce qu’ils ne sont pas nécessaires (par exemple un raccordement à l’eau dans les combles).

    A savoir
    Il est également possible de réaliser certaines tâches soi-même (par exemple la pose de l’isolation entre les chevrons, le revêtement des murs, la pose d’éléments de chape sèche). Dans ce cas, on économise souvent des frais d’artisans. Pour les bricoleurs habiles, ces travaux sont souvent assez faciles à réaliser (en suivant des instructions). Au final, cela réduit souvent considérablement les coûts.

    Combien coûte l’isolation d’un toit d’un grenier ?

    C’est très variable mais cela dépend notamment du fait que l’on rénove ou non son toit en même temps.

    En cas de rénovation et de remplacement de la couverture du toit, l’isolation sur le toit est certainement la meilleure option. C’est le type d’isolation le plus efficace et le moins problématique (prévention sûre des ponts thermiques), mais il faut impérativement retirer toute la couverture du toit. Cela n’en vaut la peine que si l’on prévoit de toute façon une nouvelle couverture. Pour une isolation sur toiture conforme à la norme ADEME en vigueur, il faut compter un coût total d’environ 150 € par m² à 250 € par m² avec la couverture.

    Si la couverture du toit ne doit pas être touchée, vous pouvez également l’isoler de l’intérieur. Aujourd’hui, vous ne pouvez atteindre les valeurs minimales strictes de l’ADEME par l’intérieur qu’en combinant une isolation entre chevrons (qui est de toute façon nécessaire) et une isolation sous chevrons. La combinaison des deux entraîne des coûts qui se situent également dans une fourchette d’environ 100 € par m².

    Mais il est également possible de poser soi-même l’isolation entre les chevrons et d’utiliser des panneaux de revêtement avec une isolation contrecollée. Cela peut aider à réduire les coûts. L’épaisseur d’isolation nécessaire doit toutefois être calculée individuellement et les zones à risque de ponts thermiques doivent être identifiées et traitées avec un soin particulier. Il est donc préférable de faire appel à un spécialiste pour planifier de telles mesures et de respecter strictement les consignes concernant les matériaux et l’exécution lorsque l’on procède soi-même à l’aménagement.

    L’isolation par insufflation peut également être une possibilité le cas échéant, mais cela dépend de chaque cas.

    Combien de fenêtres de toit faut-il prévoir et combien cela coûte-t-il ?

    Toutefois, seules les zones où la hauteur de la pièce dépasse 2,40 m sont considérées ici comme surface de base de la pièce. La surface sous les pentes ne doit pas être comptée. Par ailleurs, la surface lumineuse est la mesure des ouvertures de fenêtres et non les surfaces vitrées.

    Lors de l’installation d’une fenêtre de toit, il est préférable de choisir une fenêtre qui s’insère entre les chevrons existants. Si les chevrons doivent être enlevés pour l’installation, cela coûte généralement cher.

    Pour une fenêtre de toit de petite ou moyenne taille, il faut compter au moins 400 à 500 €, installation comprise, mais les fenêtres de toit de grande taille ou avec sortie peuvent facilement coûter jusqu’à 3 000 €, voire plus.

    De même, les équipements spéciaux tels que les volets roulants ou les commandes électriques commandées automatiquement en fonction de la météo ou de l’heure peuvent rapidement faire grimper le prix des fenêtres de toit.

    Les lucarnes sont bien sûr aussi une possibilité et elles apportent souvent, outre un gain de luminosité, un gain d’espace précieux dans les combles. Cependant, les lucarnes sont relativement chères et même pour une lucarne préfabriquée plutôt petite, il faut généralement compter entre 7.000 et 10.000 €, installation comprise.

    Quels sont les coûts à prévoir pour une cloison et pour le sol ?

    Les cloisons offrent la possibilité de créer plusieurs espaces dans les combles. Pour les cloisons sèches, il faut généralement compter entre 60 et 80 EUR par m², les portes coûtent en général environ 120 EUR, châssis compris, en tant que portes intermédiaires. Des variations vers le haut et vers le bas sont bien entendu possibles.

    Si la pose d’une chape est nécessaire, il est préférable d’utiliser des chapes sèches dans les combles. Elles sont certes un peu plus chères que les chapes traditionnelles, mais elles sont faciles à poser (même soi-même), ne produisent pas d’humidité de construction et sont immédiatement praticables sans qu’il faille attendre des semaines de séchage. Pour les éléments de chape sèche à base de ciment et les matériaux complémentaires nécessaires, il faut compter en général environ 30 EUR par m² à 50 EUR par m².

    Si vous faites poser la chape, il faut encore ajouter les frais d’artisanat. Si un chauffage au sol doit être installé, vous devez compter des coûts encore nettement plus élevés pour les éléments de la chape. Les systèmes avec chauffage au sol intégré à monter soi-même coûtent au moins 100 EUR par m².

    Les revêtements de sol peuvent avoir des prix très différents – le prix des matériaux commence à environ 10 EUR par m² pour les stratifiés très bon marché, les revêtements de sol haut de gamme, comme les carreaux de sol robustes, peuvent facilement coûter jusqu’à 50 EUR par m² ou plus en matériaux. Si vous faites poser le revêtement, il faut souvent ajouter 30 EUR par m² à 60 EUR par m² de frais de pose.

    Une lucarne n’est-elle pas aussi une possibilité de créer une hauteur de pièce supplémentaire et des surfaces lumineuses ?

    Oui, l’installation de lucarnes est bien sûr aussi une possibilité. Toutefois, les lucarnes sont beaucoup plus chères que les fenêtres de toit, même de grand format.

    Les lucarnes sont parfois utiles pour améliorer la sensation d’espace dans les combles mais elles font certainement partie des solutions les plus coûteuses lors de l’aménagement des combles. Cela n’en vaut pas toujours la peine.

    Quels sont les coûts éventuels de l’aménagement intérieur ?

    Dans ce cas, il est évident que vous devrez faire face à de multiples coûts provenant de différents corps de métier. Rien que le coût de la plaque de plâtre est considérable.

    Le prix des plaques de plâtre pour le revêtement mural se situe généralement dans une fourchette de 10 à 15 € par m², en fonction de la qualité et de la finition des plaques. Si l’artisan s’occupe de la pose, vous devrez généralement compter avec des coûts de 50 € par m² à 80 € par m².

    Le prix des éléments de chape sèche liés au ciment pour la construction du sol se situe généralement entre 30 € par m² et 50 € par m², ce qui est évidemment plus cher avec un chauffage au sol intégré. Vous pouvez généralement les poser vous-même, sinon vous devez ajouter le coût de l’artisan.

    Dans le tableau suivant, vous trouverez d’autres frais qui peuvent être occasionnés. Il ne s’agit toutefois que d’indications approximatives. Dans certains cas, les coûts peuvent tout à fait varier en fonction de ce qui est nécessaire et de la qualité.

    TravaillerCoût au m² (approximatif)
    Crépi intérieur et décoration murale (prix des matériaux en cas d’exécution par le client)environ 25 EUR par m² à 40 EUR par m² de mur
    Décoration murale de haute qualité par une entreprise artisanaleà partir d’environ 90 EUR par m² jusqu’à 100 EUR par m² de mur
    Construction de cloisons (cloison sèche)environ 60 EUR par m² à 80 EUR par m²
    Porte intermédiaire avec huisserieà partir d’environ 120 EUR
    Installation électrique complète dans les combles par une entreprise spécialiséeenviron 40 EUR par m² à 70 EUR par m²
    Radiateur avec raccordement (sans pose des conduites nécessaires)à partir d’environ 500 EUR
    Eléments de chape sèche avec chauffage au sol intégré à monter soi-mêmeà partir d’environ 100 EUR par m²
    Revêtements de sol simples, à poser soi-mêmeà partir d’environ 10 EUR par m²
    Revêtements de sol de haute qualité, à poser soi-mêmeenviron 20 EUR par m² à 40 EUR par m²
    Carreaux de sol de haute qualité, y compris la poseà partir d’environ 70 EUR par m²

    Quels sont les coûts d’un rehaussement du toit pour un propriétaire de maison ?

    Si le toit est relativement plat et que l’étage inférieur est très bas, il est parfois possible de le rehausser. Dans ce cas, le toit doit être entièrement démonté et reconstruit avec la charpente.

    Aux coûts de la rénovation complète du toit, il faut ensuite ajouter les coûts d’une charpente entièrement reconstruite, soit environ 40 EUR par m² à 60 EUR par m² pour les toits simples, et les coûts de la maçonnerie lors de la surélévation. Les frais de maçonnerie dépendent alors toujours de la hauteur réelle de la maçonnerie supplémentaire et du travail occasionné.

    Dans la pratique, il faut presque toujours compter entre 10.000 et 15.000 euros pour un rehaussement de la hauteur du toit d’une maison individuelle. Il convient toujours d’évaluer soigneusement au préalable si cela en vaut la peine.

    Comment garder une vue d’ensemble de tous ces prix ?

    Il est préférable de faire appel à un spécialiste pour planifier les coûts de l’aménagement complet il peut également se charger de l’appel d’offres pour les différents travaux et de la coordination. Il est bien sûr possible de planifier des travaux personnels. Les couvreurs peuvent souvent aider à planifier l’ensemble de l’aménagement.

    De cette manière, on dispose d’une estimation solide des coûts à laquelle on peut se fier finalement et on peut planifier ses besoins en capitaux de manière réaliste. Il arrive souvent que les planifications soient trop optimistes et que l’on se retrouve avec des dépassements énormes du budget que l’on s’était fixé au départ, mais que l’on doive quand même terminer les travaux. Il est possible d’éviter cela en planifiant à l’avance de manière professionnelle.

    Existe-t-il des subventions pour l’aménagement des combles ?

    Si l’isolation est réalisée en même temps, il est possible de bénéficier sans problème de subventions pour une rénovation énergétiquement efficace ou de crédits de soutien correspondants. Sinon, il faut vérifier au cas par cas si les travaux en question sont également éligibles.

    Quels sont les autres frais éventuels ?

    La pose des lignes électriques et des conduites de chauffage et de plomberie doit également être prise en compte. Le crépissage et la peinture ou la pose de papier peint sur les murs font également encore partie des frais d’aménagement indispensables.

    Pour une installation électrique complète dans les combles, il faut compter entre 40 EUR par m² et 70 EUR par m², selon l’équipement souhaité. La pose des raccordements de chauffage dépend toujours des voies de raccordement et du type de chauffage. Pour un seul radiateur et son raccordement par un professionnel, il faut généralement compter au moins 500 EUR.

    Vous pouvez soit réaliser vous-même le crépi intérieur et la décoration murale (dans ce cas, il faut compter environ 25 EUR par m² à 40 EUR par m² de frais de matériaux), soit faire appel à un professionnel. Si vous optez pour un équipement haut de gamme, les frais de crépissage et de décoration murale s’élèvent généralement à environ 90 EUR par m² à 100 EUR par m².

    Conseil
    Il ne s’agit bien sûr que de points de repère pour les coûts dans certains cas, les travaux peuvent tout à fait être plus ou moins chers. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel si vous souhaitez avoir davantage des informations.
    Trouver un pro Devis gratuit dans votre ville